Auteur: Mimiko

Série: Pleins de trucs

Genre: euuuuuuuh. Bonne question.

Couple: Naru+Trowa

Disclaimer: Tous les personnages cité appartiennent aux G.girls ou s’appartienne eux même, faut voir.

Disclaimer 2 : Duo et Wufei sont à Sunrise ; Ellone, Raine et Laguna sont à Squaresoft ; Seishiro, Sakura, Spinel Sun et Keroberos sont à CLAMP.

 

 

Naru resta sans voix, comme un ridicule poisson hors de l’eau. Elle avait devant elle la plus grosse mais aussi la plus improbable bête qu’il lui avait été tenu de voir. Espèce de mélange bleu lagon entre un éléphant sans oreilles et un mammifère marin. Sa trompe de plusieurs mètres était enroulée sur elle-même comme celle d’un papillon, mais dans l’autre sens.

Isaka, Arisa et Kitsune auraient été ravies de se trouver à sa place pour découvrir en grandeur nature ce qu’était le fameux « Shoopuf » dont on leur avait parlé leur premier jour à Traverse, alors qu’elles découvraient la cuisine de l’hotel Alquada et que Gabin allait bientôt faire son apparition.

-On va monter sur ce truc ? Finit-elle par demander en le pointant du doigt même si ce n’était pas nécessaire car le « truc » occupait tout le champ visuel.

-C’est le moyen le plus rapide de se rendre de l’autre côté.  

-C’est sur comme moyen de transport ?

-Bah au pire on tombe dans l’eau, répliqua fataliste Trowa en haussant des épaules avant de surprendre son regard halluciné et de se reprendre de justesse : en tout cas je n’ai jamais entendu parler de personnes à qui c’était arrivé.

-Ah… Tant mieux…

C’était donc pas totalement rassuré qu’elle le suivit vers la rampe d’embarquement où ils payèrent leur ticket avant de monter tout en haut de l’animal.

Une nacelle se tenait sur son dos, prête à accueillir une vingtaine de passager avec leurs bagages plus ou moins encombrants, comme ce chocobo qui dans sa cage nettoyait ses courtes ailes en émettant des bruits de canaris.

Naru s’installa au bord d’un des bancs matelassés de tissus, côté bastingage. Elle regarda vers le large : un fin ruban de terre au loin, notant que les furolucioles semblaient moins nombreuses qu’hier.

Trowa et elle n’avaient pas parlé de ce qui c’était passé cette nuit. Elle s’était réveillée au petit matin dans ses bras, à l’intérieur de la tente et avait contemplé son visage crispé dans le sommeil. Soulevant quelques mèches de cheveux, elle avait frôlé des doigts la cicatrice qui s’étendait en travers de son œil tout en se demandant quel lourd fardeau il portait sur ses épaules pour qu’il ait toujours l’air si grave.

Pourquoi le seul but de sa vie semblait tourner autour de l’extermination de cette sorcière ?

Ces questions étaient plus facile à se poser que « quel futur pour nous deux ? ».

Elle ne savait même pas où ils se rendaient présentement, ni si cette sorcière avait des réponses aux questions qu’elle se posait sur sa présence ici.

Si elle avait été dans le monde normal avec un garçon normal, elle se serait juste réjouît de ce qui s’était passé…

Dans une secousse, le gigantesque animal, sous les ordres du conducteur, avança vers l’eau jusqu’à être immergé au trois quart, laissant dépasser de lui que le haut de son dos et de sa tête, ainsi que le bout de sa trompe.   

Il commença alors la traversée du lac d’une allure lente mais confortable pour les voyageurs.

-Nous devrions en profiter pour nous reposer, on a une longue marche qui nous attend une fois sur l’autre rive,  annonça Trowa avant de croiser les bras et de fermer les yeux. Elle le fixa un moment avant de retourner la tête vers le paysage. Il lui était impossible d’essayer de continuer sa nuit et pourtant, il ne lui avait pas menti car une fois de l’autre côté, après avoir trouvé une borne BBS où Naru pût laisser un message à ses amies, ils marchèrent sans presque s’arrêter jusqu’à atteindre une petite clairière à la tombée de la nuit.

***

Quelques gouttes de sang tombèrent sur les lèvres presque livides de Wufei. Aussitôt, comme s’il venait brusquement de se réveiller, il ouvrit les yeux et ceux-ci se firent plus rouges que jamais. Arisa retint la peur qu’elle éprouvait et sa douleur tandis qu’il attirait avidement son poignet à sa bouche.

-On dirait que cette fois-ci c’est la bonne, n’est-ce pas Arisa ? Demanda Quatre avec un sourire distant.

-On discutera de tout ça autour d’un café quand je n’aurais plus un vampire accroché à ma main, répliqua acerbement Arisa entre ses dents.

 

De l’autre côté de la grande tente du chaman, Kitsune, Umiko et les parents d’Arisa attendaient plus ou moins patiemment que tout ça soit fini.

-Mais pourquoi a-t-elle rajeunie ? Ca n’a pas de sens ! Il fallait qu’elle rajeunisse pour qu’elle retrouve le sang avec lequel elle avait lié Wufei ? C’est vraiment… Incohérent ! Pestait Kitsune en faisant les cents pas dans la neige.

-Elle a retrouvé l’âge qu’elle avait quand elle a quitté le village, fit Xyadia, toute aussi songeuse. C’est peut être un effet secondaire au fait de retrouver sa mémoire ?

-Vous croyez ?

-Je n’en sais rien, je suis aussi dépassée que vous. Vous dites que ma fille était quelqu’un d’autre dans un autre monde, qu’elle a d’autres parents, mais je peux vous assurer que c’est bien mon enfant…

-Bien sur que c’est ma petite musaraigne !!!! S’exclama Wolfs qui fixait la tente pendant que Spinel Sun et Umiko discutaient activement.

Cette dernière finit par les rejoindre :

-Bonne nouvelle ! Suppy vient d’intercepter un message posté sur le BBS ! Il semblerait que ce soit de Naru ! Elle va bien, elle est avec le maitre de la guilde Avalanche, le grand brun avec lequel elle a dansé le jour du bal et ils sont au pays d’Aura, près d’un grand lac appelé Sélénos !
-Attends… Tu veux dire que depuis le début elle était avec lui ?! Hallucina Kitsune.

-Non, il l’a retrouvé sur une plage du pays d’Aura, près de cadavres de bateau. La sorcière s’est bel et bien échouée où nous le pensions, expliqua Spinel Sun.

-Mais pourquoi avait-elle enlevée Naru ? Et surtout pourquoi l’avoir abandonnée par la suite ?

-Je n’en sais rien Kit, mais elle a toujours la carte mémoire de Shinobu, fit Umiko en haussant des épaules. En tout cas nous savons où aller maintenant.

-Alors vous allez repartir ? Demanda Xyadia. Et vous allez amener Arisa avec vous ?

-C’est à elle de voir, répondit Umiko, mais je suis sure qu’elle nous accompagnera. Je la connais depuis peu, mais elle ne semble pas du genre à abandonner ses amies… Et si elle le fait, ce serait bien décevant de sa part.

La femme tatouée tourna la tête et plongea ses yeux dans le ciel, pensive, tandis que Wolfs baissait la tête, silencieux.

C’est ce moment que choisit Arisa pour s’exclamer :

« AH NON LA CA SUFFIT »

Et de sortir de la tente l’air excédée en enroulant un bout de tissu autour de son poignet.

-Déjà que j’ai toujours détesté les piqures ! Il peut à nouveau marcher alors ça suffit pour le moment !

-Radine !!! Répliqua Wufei en sortant sa tête de la tente avant d’être récupéré par Quatre qui lui ordonna de rester coucher jusqu’à nouvel ordre.

Kitsune et Xyadia suivirent Arisa jusqu’à la maison, cette dernière se disant prête à avaler un mammouth entier. Umiko resta avec Wolfs à côté de la tente.

Elle le fixa un moment avant d’oser demander ce qui la tracassait depuis qu’elle avait rencontré ce grand guerrier :

-Excusez-moi, quand on s’est rencontré, vous avez dit que j’étais un ninja du village caché de…. Je sais plus quoi. Qu’est ce qui vous a fait dire ça ? 

-Utaï. Je l’ai supposé en vue de votre habillement. Ca ressemble assez aux tenues qu’ils portent. Je me suis trompé ?

-Je ne sais pas… Comme Kitsune et Arisa, je viens de l’Autre Monde et on a débarqué ici habillé tel quel. Mais on ne sait pas pourquoi. C’est pourquoi je serais très curieuse de me rendre à cet endroit… Utaï. Comme ça je pourrais peut être en apprendre plus sur la raison de ma présence ici.

-Eh bien, j’aurais été ravi de vous aider… Mais comme je l’ai dit, il s’agit du village CACHE d’Utaï. A part les ninjas qui en viennent, personne ne sait où c’est. Je serais même incapable de vous dire si ça trouve en Endroit ou en Envers. Les ninjas sont une classe très rare que beaucoup envient. Ils ont des capacités très équilibrées, en force, en vitesse, en magie, ils peuvent à peu près utiliser tout, ce qui ne leur fait pas beaucoup de faiblesse.

-Mais seuls ceux né dans ces villages cachés le deviennent, c’est ça ?

-Oui, c’est comme pour les mages blancs, noirs, rouges, les invoqueurs ou encore les guerriers de Delph. Tout le monde ne peut pas être ce qu’il souhaite être, mais si le grand Starry Dawn en a décidé ainsi, c’est que nous sommes ce que nous DEVONS être.

-Alors il faut que je retrouve ce village.

-Peut être que comme pour Arisa, il se trouve quelque part perdu dans votre mémoire.

Après un rapide sourire, il partit lui aussi rejoindre sa maison, laissant Umiko songeuse.

***

Le ciel calme et clair des montagnes de Lama fut soudain brisé par les vibrations des hélices du Dragonfly, le vaisseau QG de la guilde Avalanche. Il était évident que par rapport au Phénix Flamboyant, le vaisseau-mère de l’armée de l’Envers où avait été retenu Mimiko, celui-ci était beaucoup plus petit, mais il arborait des couleurs punchy et des formes élancées si sympathique qu’il plaisait du premier coup d’œil.

Une échelle en corde fut lancé de depuis une ouverture dans le vaisseau et le groupe s’empressa de ranger toutes leurs affaires pour y grimper.

Débouchant dans la cale, Asuka ne pût s’empêcher de se rappeler de la première fois où elle avait mit les pieds dans ce vaisseau, après que Duo soit venu l’arracher au Grand Invoqueur de l’Endroit : Subaru Sumeragi.

Elle se demanda vaguement ce qu’il devenait et quelle aurait pût être sa vie si elle était devenue son élève. Elle aurait alors ignoré tout, ou du moins en partie, sur ses liens de famille avec la famille impériale de l’Envers.

-Comme tout ça est bizarre… L’entendit maugréer Mimiko quand on l’aida à entrer à son tour.

-Qu’est ce qu’il y a Asu ?

La jeune fille se retourna et lui fit un sourire :

-Rien, rien !

La petite fille n’insista pas, d’autant plus qu’une belle femme aux longs cheveux bruns venait de surgir d’une porte au fond de la grande pièce et fonça sur Asuka et la souleva quasiment de terre en l’enlaçant :

-ASUKA !!! Ca fait si longtemps !!! Je suis heureuse de voir que tu vas bien ! Et Isaka aussi !!!!

-Tifa… S’exclama Asuka, dépassée alors qu’elle la laissait reposer ses pieds par terre pour prendre les mains d’Isaka dans les siennes.

-Et moi je compte pour du beurre ? Demanda Duo en grinçant des dents.

-Toi si tu veux des embrassades, va voir Rikku ! Répliqua la brune en lui lançant un regard noir qui fut repris par Asuka.

-Mais ce serait une honte, n’est ce pas Asuka ? Continua Tifa.

-Totalement une honte !

-Vouloir à ce point des embrassades…

-OK J’AI COMPRIS ! JE VAIS VOIR TAI !!! S’exclama l’invoqueur, vexé, en partant à grand pas vers l’ascenseur qu’avait emprunté Tifa.

Cette dernière tourna alors son attention vers les deux autres membres du groupe :

-Et vous vous êtes ?

-Voici notre amie Mimiko, présenta Asuka. D’habitude elle a notre âge mais elle a eu un petit souci…

-Quelle façon d’aborder le problème… Râla un peu la petite fille.

-Et à côté, c’est juste son cyborg.

-C’est fou mais un moment j’ai cru que c’était le Colonel Leonheart de l’Envers… Mais je me suis dit que c’était impossible !

-C’est normal, HEERO lui ressemble, c’est presque comme s’ils étaient deux frères, répliqua Mimiko.

-Nous avons aussi un cyborg sur le vaisseau, fit Tifa en comprenant les sentiments pro-cyborg qui habitait la petite fille, ce qui n’étaient apparemment pas le cas d’Asuka, et elle le savait, absolument pas de Duo.  Au fait, je m’appelle Tifa, je suis la co-gérante de ce vaisseau et l’une de ses mécaniciennes aussi. Bienvenue au Bar Ambulant Dragonfly !!!!

-Ce vaisseau est un bar ? S’étonna Mimiko alors qu’ils rejoignaient à leur tour l’ascenseur pour monter dans les parties habitables du vaisseau.

-Oui, nous prenons en stop de nombreuses personnes et elles attendent au bar d’être arrivées à destination ! Ce qui fait qu’ils paient ET pour le voyage ET pour les consommations ! C’est comme ça que notre guilde reste à flot !  

-Il n’y avait pas de clients quand nous sommes montés la dernière fois, réalisa Isaka.

-Non, c’était une opération un peu spéciale, on ne pouvait pas se permettre de risquer que quiconque d’étranger à la guilde soit mêlé à tout ça.

-Ah oui, et nous ?

-Oui enfin… Presque personne !

Ils venaient d’entrer dans un hall tout en longueur tapissés de large fenêtre où se trouvait effectivement un grand comptoir de bar où étaient attablé deux personnes qui buvaient tranquillement leur verre en discutant. Tifa les dirigea vers des divans et fauteuils à l’air moelleux qu’elles accueillirent avec plaisir après plusieurs jours de camping.

-Nous ne pouvons pas vous déposer n’importe où au Pays d’Aura. Comme vous le savez, notre guilde n’est pas le bienvenue partout…

-Pouvez-vous vous approcher du Sélénos ? demanda Heero, s’attirant les regards des jeunes filles.

-Les alentours… Oui, mais pourquoi le Sélénos en particulier ?

-Un message vient d’être posté sur le BBS, il semble être de Naru et elle indique qu’elle se trouve sur les rives du Sélénos.

-Un message de Naru ??? S’exclamèrent Isaka, Asuka et Mimiko en lui sautant presque dessus.

Le cyborg n’eut pas de geste de recul, indifférent apparemment à l’idée de se retrouvé mis à terre par le poids de trois jeunes filles… Ou alors était-ce un poids qu’il pouvait supporter, ce qui n’étonnerait personne. 

-Elle va bien ?

-Elle a réussi à s’enfuir?

-Elle doit être terrorisée !

-Elle a l’air d’aller bien. Elle ne s’est pas exactement enfuie, le bateau où elle se trouvait à fait naufrage et elle n’a pas l’air particulièrement terrorisée, annonça t’il en répondant à chacune des questions. Voulez-vous que je lise le message en entier Maître ?

La moue de Mimiko et ses yeux qui se rétrécirent lui firent réaliser qu’il avait, à cause de l’habitude, fait une erreur. Mais il avait du mal à lutter contre les programmes préétablis de son système.

-Mimiko ? Essaya-t-il, pour se rattraper.

-NON ! Répliqua la petite fille en lui tournant ostensiblement le dos pour s’adresser à Tifa :

-Il y a-t-il une borne BBS dans ce vaisseau ?

-Oui, elle se trouve dans le couloir de l’ascenseur…

-Bien.

Elle prit cette direction d’un pas furieux et Asuka et Isaka après un regard et un soupir, partirent à sa suite, laissant derrière elles un cyborg vexé de se voir préférer une stupide borne.

Tifa le regarda avec étonnement froncer les sourcils dans leurs directions. De sa vie, elle n’avait jamais vu un cyborg avec l’air aussi humain.

***

Naru avait depuis un moment perdu ses repères et ne voyait pas du tout où ils pouvaient être par rapport à New Parm ou le Selenos.

De l’autre côté du grand lac la végétation avait rapidement perdu ses accents tropicaux, preuve qu’ils rentraient dans les terres, pour être remplacé par de grands châtaigner, érables, bouleaux, fougères et buissons aux feuilles grasses. Un décor qui lui était beaucoup plus familier et s’il n’y avait pas eu ce ciel aux nuances étonnantes qui commençait à lui être habituel, elle se serait cru sur Terre.

Ils avaient suivi pendant un moment une grande route de terre avant d’obliquer vers l’est, lui semblait-il, sur un petit chemin où ils n’avaient croisé que deux personnes qui avançaient dans le sens contraire.  

Si le long de la grande route ils n’avaient pas été embêtés par des monstres, ceux-ci réapparurent alors, mais cela ne l’inquiéta pas outre mesure. Plus alarmant était le visage de Trowa qui semblait s’obscurcir au fur et à mesure qu’ils avançaient, le laissant plus laconique que jamais.

Elle avait bien essayé de lui faire cracher le morceau, mais rien n’à y faire.

C’est pourquoi elle faillit presque sursauter quand il ouvrit la bouche en pointant une direction à leur gauche :

-Par là c’est la Plaine d’Andante. C’est un endroit très joli de jour comme de nuit. J’aimerais bien te le montrer, mais pas pour aujourd’hui, nous avons besoin de nous arrêter.

-Il y a un refuge dans le coin ? Demanda-t-elle alors car les lieux semblaient sauvages.

Il y avait sans doute eu un chemin ici autrefois, mais faute de pieds pour le fouler, la nature avait repris ses droits et depuis ce n’était guère plus qu’une piste.

-Non mais il y a un endroit où nous pourrons nous mettre à l’abri.

Comprenant qu’elle n’en saurait pas plus pour le moment, elle s’efforça de le suivre alors que les premières étoiles apparaissaient dans le ciel.

Ils n’en eurent pas pour très longtemps car bientôt, au détour d’un massif d’arbres, elle découvrit les ruines d’une ancienne maison. Elle devait être plutôt grande à l’origine, mais il n’y avait presque plus de trace de ce qui semblait être une écurie et l’étage paraissait s’être effondré, privé de ses poutres.

*Un incendie…* Supposa-t-elle au vue des pierres noircies.

Cela devait remonter à un petit bout de temps puisque le lierre et les plantes grimpantes s’étaient emparés du lieu, lui donnant un aspect pittoresque et relativement charmant. Ce dont elle fit part joyeusement à Trowa en s’asseyant sur une pierre.

Celui-ci ne semblait pas partager son avis car il resta plusieurs minutes debout devant la ruine, l’air grave et perdu dans ses pensées.

Finalement, alors qu’elle allait finir par s’excuser sans raison, il ouvrit la bouche :

-Autrefois vivait ici une famille. Ils étaient très connus dans tout le Pays d’Aura et au-delà. Au rez de chaussé se tenait une boutique où l’on vendait les meilleurs potions et même certaines complètements inédites car faisant parti des secrets de la famille. Un jour une vieille dame est arrivée et a cherché à voler une recette secrète… Ce jour-là, la demeure ancestrale brûla, deux personnes perdirent la vie et une autre son œil…

-Ho… C’était ta maison Trowa… ?

-Oui.

-Et je suppose que c’était tes parents et cette vieille dame la sorcière…

L’homme sembla se secouer et lui fit un sourire contrit en lui prenant les mains :

-Mais tu as raison, cet endroit a toujours était pittoresque et charmant… Même ainsi. Je vais chercher de l’eau. Toi ramasse donc un peu de bois mais ne t’éloigne pas. Je suis persuadée que cette sorcière va revenir ici…

-Pourquoi donc ?

-Parce que ce jour-là, elle n’a pas réussi à obtenir ce qu’elle voulait… Alors reste sur tes gardes et méfie-toi, continua t’il en fronçant les sourcils.

Il lâcha ses mains et disparut dans la nature. Naru se retrouva seule et pour le coup un peu inquiète. Elle se releva d’un bond et fixa les branches qui pourraient faire l’affaire :

-Bon ! Voyons ces bran…

 

 

 

-Naru ! NARU !

Naru se retourna, surprise. Elle était au beau milieu de la forêt et la nuit était tombée.

-Mais… ? Qu’est ce que je fais là ?

Trowa sortit de derrière un arbre, son visage passant de l’inquiétude au soulagement :

-Je t’avais dit de ne pas t’éloigner !

-Mais… Je n’en avais pas l’intention…

-Je vois, tu t’es perdue sans t’en rendre compte Allez, suis-moi.

La jeune fille le suivie, les sourcils froncés, déboussolée. Elle avait eu comme un blanc qui semblait avoir duré presque une heure. Décidemment, elle gardait des séquelles de son naufrage…

Devant la maison en ruine l’attendait un feu crépitant bien agréable où grillaient deux poissons. S’asseyant sur son rocher, elle prit la brochette que lui tendit l’alchimiste et apprécia de pouvoir manger. Elle n’allait plus penser à sa curieuse aventure quand, alors que Trowa montait la tente dans la maison, elle sentit un curieux objet logé entre ses deux seins. Ecartant le bandeau qui les retenait, elle découvrit un petit objet métallique de forme carré et plate.

Comment cela avait-il pût atterrir là ? Et quand ? Et où avait-elle déjà vu une chose de ce genre ?

Un frisson glacé la parcourut alors de part en part. Sa main tenant la carte mémoire de Shinobu se mit à trembler.

A l’intérieur elle était tétanisée de peur alors que l’affreux pressentiment qui la taraudait depuis le naufrage se dévoilait dans toute son horreur. Ce n’était pas la première fois qu’elle avait ces blancs…

Au fond elle savait ce qui se passait même si elle refusait de l’admettre.

Prise par le temps, elle prit une feuille de papier dans sa besace, y enveloppa la carte mémoire et avec un crayon de papier écrivit le plus vite possible : « Pour les filles de l’Autre Monde » avant de fourrer le tout dans sa sacoche et la jeter prés de celle de Trowa.

Elle aurait ainsi fait tout ce qui était en son pouvoir.

***

-Alors, tu pars ?

Arisa cessa un instant de faire le tri dans les affaires qu’elle transportait et se tourna vers la femme blonde qui se tenait contre l’embrasure de la porte. Sa… Sa mère.

La jeune fille regarda tout autour d’elle ce qui avait été sa chambre à elle et à ses deux frères. En fait, vu que c’était un espace qui n’était pas clos sous les toits, ça lui faisait plus penser à un grenier qu’à autre chose à présent. Le toit en chaume, les épaisses poutres de bois brut mélangées aux os, les pièces de cuirs qui pendaient au-dessus de sa tête et recouvraient certains murs, les fourrures jetées par terre ici et là pour recouvrir le plancher… Les habitants de Delph avaient un mode de vie très simple, sans chichis et surtout, communautaire. Famille nombreuse était synonyme de bonheur et elle s’étendait aux membres les plus éloignés.

Tout ça ne lui déplaisait pas au fond. Elle se demanda même si c’était pour ça qu’elle n’aimait pas la solitude.

-Il le faut. Je ne peux pas tout lâcher comme ça … Et puis… Je crois que j’ai besoin de réfléchir.

-Hum…

Xyadia se rapprocha d’elle et lui donna une grande bourrade dans le dos :

-C’est bien ma fille ! Vas jusqu’au bout de ce que tu commences ! Je ne sais pas ce qui s’est passé pendant ton absence, mais une chose est sûre, ça t’as rendu plus résolue !

Arisa lui fit un sourire gêné. Si elle avait été plus forte à l’époque, elle n’aurait pas abandonné Wufei et peut être que… aussi fou que ça pouvait l’être, elle n’aurait pas eu sa vie terrienne…

*Non, c’est… Oh c’est juste incompréhensible…*

Elle finit de ranger son petit sac qui semblait ouvrir sur une dimension parallèle vu tout ce qu’il pouvait contenir et rejoignit ses amies dehors.

Kitsune et, curieusement, Umiko étaient déjà prêtes (mais après tout, il n’y avait pas une seule prise où elle pouvait faire chauffer son lisseur !). Spinel Sun aussi évidemment. A part ce dernier, elles la regardaient avec curiosité pour l’une, et un peu d’angoisse pour l’autre. Elle s’empressa de rassurer la rousse :

-Bon, nos traineaux sont prêts ?

-C’est les loups les plus rapides de tout Delph lui assura son père en caressant le museau d’un des loups de tête. Tu n’auras qu’à les laisser au comptoir de Macalania.

-Merci papa. Tu ne m’en veux pas trop… De repartir ?

L’homme qui semblait tout joyeux prit alors un air grimaçant qui faisait un peu peur.

-Oh non papa…

-Bien sûr que ça me déchire le cœur de te voir repartir !!!! Braya-t-il en l’attirant à lui et la broyant contre son torse. Ma petite musaraigne !!!!

-Et puis ton père sait que c’est bon pour toi, intervint Xyadia.

-Oui, et puis Wufei sera là pour veiller sur toi ! Continua Wolfs en reniflant fortement.

-Wufei ?

Elle le remarqua alors occupé à caresser deux loups, accroupi à même la neige. Il se releva, et elle remarqua qu’il n’avait plus rien à voir avec l’être diminué qu’elle avait retrouvé au bal. Ses yeux étaient d’un rouge vif brillant, sa peau semblait moins dure, plus humaine et ses mouvements étaient plus souples et son visage serein, comme s’il était enfin en paix avec lui-même.

Comme l’avait été son frère avant sa transformation… Beau et puissant comme le tigre aux dents de sabre qui était son totem.

Il se tourna vers elle et lui envoya un sourire narquois :

-Evidemment que je viens. Je suis censé te protéger, tu as oubliée ? Et puis cette sorcière a l’air d’être un sacré morceau !

-Génial…

Pendant que ses amis s’installaient sur les traineaux, Arisa fit ses adieux à sa famille. Ce fut douloureux, surtout pour ses os et elle s’empressa de passer au suivant afin d’éviter une nouvelle accolade qui lui donnerait l’impression d’être piétinée par un mammouth. En tout dernier elle posa les yeux sur son frère ainé qui se tenait un peu à l’écart.

-Quatre…

Il lui adressa un petit sourire, plus triste que joyeux.

- Portes-toi bien petite sœur…

Elle se demandait bien ce qu’il ressentait, lui qui était né pour être différent d’eux tous, tellement différent qu’il semblait ne même pas faire partie de leur famille.  

Acquiesçant, elle s’allongea dans le traineau que conduisait Wufei et leur fit un signe de la main avant que d’un mouvement de fouet, les loups s’agitent et partent en trombe.

-Je n’aurais jamais vu une musaraigne aussi aventureuse… Geignit son père.

-C’était le destin je crois, répondit Quatre d’un air triste, et rien de ce que j’ai pût faire n’a changé cela…

-Que veux-tu dire Quatre ? S’étonna Xyadia.

-Je lui ais menti. Son totem n’est pas la musaraigne… Mais quand j’ai vu celui que les Esprits lui réservaient… Et son caractère de l’époque, j’ai eu peur… Et j’ai pensé que si je lui donnais un totem petit et modeste, elle resterait près de nous et… Mais au final…

-On ne peut pas jouer avec les Esprits, fils, répondit sagement Wolfs.

-Mais alors… Quel est son totem ? Demanda Xyadia.

-Il s’agit du même que celui qui fut donné au fondateur de notre pays il y a de ça 500 ans…

-Oh… Esprits tout puissants…

**

Les traineaux filaient à vive allure sur la neige et Arisa regarda une dernière fois ce paysage familier en se demandant si elle y reviendrait.

Au passage d’une dune, elle aperçut la silhouette caractéristique d’un loup trilobé solitaire. Elle le fixa, troublée, et celui-ci la regarda de toute sa magnificence avant de courber légèrement la tête, comme s’il la saluait.

Etonnée, elle copia le geste, et l’animal se détourna et disparut dans la blancheur des steppes enneigées.

 

Un loup solitaire revient toujours auprès de sa meute.

***

Le Dragonfly avait pris la direction de l’Endroit et voguait dans une mer de nuage. Asuka les regardait par les grandes fenêtres, perdues dans ses pensées.

-Dis… Monde… pourquoi sommes-nous ici ? Finit-elle par marmonner avant de se retourner et de s’affaler au milieu des coussins.

Mimiko tourna la tête vers elle tout en posant sa tasse de thé sur la petite table qui se trouvait au milieu des trois divans disposés en alcôves. Isaka couchée face à elle s’amusait à faire sauter Flambe dans ses bras et la bestiole semblait aimer ça.

Heero faisait le piquet à côté d’elle et Duo discutait avec Taï et Sacha dans un autre espace de repos.

-Qu’est ce qu’il y a Asuka ? Depuis que nous sommes revenus, tu es vraiment songeuse. 

-Bah… Toujours les mêmes questions… Pourquoi ? Comment ? Et… Allons-nous passer notre vie à nous chercher les unes les autres sans autre but que d’essayer de rester en vie ?

-Naru est avec Trowa. Les filles arrivent… J’estime qu’hormis mon rétrécissement, les choses s’arrangent, répliqua Mimiko.

-Mais… On ne sait toujours pas pourquoi on est ici ?

-Eh bien… Si. Nous deux sommes les clefs et sommes originaires de ce monde. Les autres ont malheureusement étaient entrainées avec nous. Point final. Je ne pense pas qu’il faille chercher midi à quatorze heure.

Isaka cessa de faire sauter l’akuma dans ses bras et le serra contre elle en regardant ses deux amies, silencieuse. Mais Asuka et Mimiko ne le remarquèrent pas.

-Non, il y a tellement de choses tout autour de ça qui ne sont pas claires… Pour commencer : qu’est-ce que des ruines de ce Monde foutaient sur la Terre ? Et… Pourquoi cette scientifique-là… Chitose Hibiya, t’as envoyé sur Terre ? Et pourquoi moi j’ai été incapable de revenir avec mon… hum… Enfin ce drôle de type qui est censé être mon père ?

-Pourquoi j’étais la seule à pouvoir ouvrir le boitier de Shinobu ? Rajouta Mimiko.

-Et que dire de ce Wufei qui prétend qu’Arisa est sa sœur ? Ca veut dire qu’il y a une Arisa aussi ici ?

-Et il y a la Leaf…

-Oui, la Leaf.

-C’est amusant de vous regarder réfléchir, on dirait un match de tennis, annonça Isaka alors que les deux invoqueuses s’étaient plongées dans un silence perplexe.

-Qu’est-ce que tu en penses, toi, Isa, de ces histoires de « filles qui viennent de l’autre monde » ? La questionna Asuka.

-Eh bien… Pas grand-chose.

-Hein ?!

-Les réponses jusqu’ici nous sont arrivées sans qu’on force les choses. Je crois que ça ne sert à rien de réfléchir à des choses que nous ne pouvons élucider seules.

-Oui mais bon… on va pas attendre qu’elles viennent d’elles même sinon on y est encore jusqu’à l’an prochain ! Et encore c’est optimiste !  

-Et alors ? Moi je le trouve plutôt intéressant ce monde.

Asuka la regarda, surprise. Elle avait toujours pensé qu’Isaka ne voudrait qu’une seule chose : revenir chez elle.

Fronçant les sourcils, elle réalisa qu’elle n’avait jamais vu Isaka se plaindre une seule fois ou baisser les bras… Non, en fait… On aurait plutôt dit qu’elle s’amusait.

-Réfléchis Asu, qu’est ce qui nous attend chez nous ? Les études ? Les stages ? Si c’est un travail que tu veux, je suis sur qu’on peut t’en trouver un ici. Un petit copain ? J’ai comme l’impression que tu as déjà tes yeux sur quelqu’un…

-Mais non ! S’indigna Asuka en rougissant.

-… Une maison ? Pareil. Un chien, un chat…

-Oui bon, j’ai compris ! Mais… Ce n’est pas la Terre. Tout est différent ici… La mentalité, la politique… Et puis, il y a nos proches…

-Dont on se serait, de toute façon, éloignées, répliqua Isaka. Vous avez 18 ans, moi j’en ai même 19, on est plus des adolescentes, on doit construire notre vie et la choisir.

-Oui, mais…

-Tant que tu continueras à te montrer aussi chipoteuse, tu ne pourras pas choisir. Tu ne peux pas avoir tout Asu.

La jeune fille se laissa retomber sur le dossier du divan avec un long soupir.

-Tu n’as pas tort Isa, approuva Mimiko. Mais je conçois aussi que ce soit difficile de faire un choix…

-Pour l’instant, il y a plus important que de s’inquiéter sur ces sujets. Il faut retrouver Naru et la carte mémoire de Shinobu ! Rappela Isaka d’un ton sévère. Pensez à cette pauvre Shin qui n’a même pas l’occasion de réfléchir à ces choses ! Je ne l’ai même pas revu depuis qu’on est ici !

-Pour Naru, ça va être fait, répliqua Duo qui avait entendu le plaidoyer d’Isaka et s’était rapproché. Mais ça va être coton de trouver cette fichue sorcière qui a la disquette.

-Oui, c’est vrai… Fit Isaka avec une petite grimace.

-Non. Elle est près du Sélénos elle aussi, répliqua Heero.

Comme d’habitude, tout le monde fut surpris de l’entendre parler.

-Comment tu sais ça, toi ? Grommela Duo en le regardant en coin.

Heero haussa les sourcils, surpris :

-Tu devrais le savoir aussi. Après tout…

Il hésita un instant, jetant un regard à Mimiko et celle-ci l’encouragea d’un hochement de tête.

-Après tout Naru est une mage noire.

Duo tressaillit comme s’il avait reçu une attaque FoudreX. Les filles se regardèrent sans comprendre et Asuka haussa des épaules. Quand il se retourna vers elles, furieux, elles saisirent encore moins ce qui n’allait pas.

-Naru est une mage noire ?!?!

-Bein oui et alors ? Moi invoqueur, elle voleuse, what’s the problem ?

-Naru est une mage noire !

-Tu te répètes.

-Pourquoi vous ne me l’avez pas dit ?!?

-Je me répète : quelle importance ? On est tous quelque chose ici.

-Vous m’avez laissé… Oh mon dieu… Trowa est avec elle !!!!

***

Un cauchemar réveilla brutalement Trowa et comme souvent dans ces cas-là, son œil droit se mit à le brûler. Laissant la douleur l’envahir sans essayer de résister, il se rendit compte qu’il ne tenait plus le corps de la petite mage dans ses bras.

Bien qu’une partie de lui regrettait de l’avoir amené jusqu’ici et de lui faire courir tous ces risques, une autre avouait qu’il se sentait plus fort grâce à sa présence. Son calme et son contrôle d’elle-même, sa douceur aussi, agissait sur lui comme un baume apaisant.

Il sortit de la tente, s’attendant à la trouver à regarder le ciel, perdue dans ses pensées. Cependant, une fois dehors, il n’y avait pas de trace d’elle.

Pourtant toutes ses affaires étaient encore là…

Il l’appela, au cas où elle serait simplement dans les alentours, mais seul le silence lui répondit. Attrapant d’une main son canon, il s’engouffra dans la forêt, seulement éclairé de la lune et continua sa recherche, criant le nom de la jeune fille, quitte à attirer tous les monstres du coin sur lui. Cela dura un certain temps… Jusqu’à ce qu’il surgisse d’un buisson dans la gigantesque plaine d’Andante.

Celle-ci était recouverte de fleurs bleue et blanche qui, la nuit tombée, s’ouvraient pour luire d’une douce lumière, transformant la plaine en champ de lumière.  

Il était difficile d’imaginer que ce lieu avait autrefois était l’un des plus sanglants champs de bataille de l’Endroit. Il tourna intuitivement les yeux vers le centre où il savait se trouver la tombe d’Aura.

Une petite silhouette se tenait devant et il se sentit revivre.

Il courut immédiatement dans sa direction, faisant s’envoler à son passage plusieurs pétales lumineux. La jeune fille ne se retourna pas, continuant à fixer la tombe face à elle.

Trowa se demandait comment elle avait bien pût atterrir ici. Ca ne le gênait pas outre mesure, il avait bien eu l’intention de lui montrer la plaine car elle valait le coup d’œil, mais il aurait voulu avoir un peu plus de temps pour y penser.

-Naru… ? L’appela-t-il doucement alors qu’il se trouvait à quelques pas d’elle.

Elle tourna très légèrement la tête vers lui, sans qu’il puisse pour autant voir ses yeux.

-C’est ironique… Fit-elle d’un ton un peu bizarre.

-Quoi donc ?

-De me retrouver à cet endroit… Continua-t-elle en fixant à nouveau la tombe et les mots gravés dessus.

-Je pense que je comprends… C’est bizarre… Que le destin nous ait fait nous retrouver en de telles circonstances… Mais…

Elle se retourna vers lui, la tête légèrement penchée, ses boucles brunes dévalant sur ses épaules.

-Tu ne dois pas avoir peur, continua Trowa, je te protègerais. Je ne laisserais personne te faire du mal…

En une enjambée il la rejoignit et serra son corps dans ses bras. Comme elle semblait petite et fragile par rapport à son propre corps… Et comme tout cela devait être difficile pour elle, la fille de l’autre monde…

Il avait du mal à l’accepter, lui qui avait passé les quinze dernières années à éviter les gens et leur contact, se contentant de relations superficiel et rapidement laissée de côté, mais au contact de cette jeune fille qui s’était imposée, il avait réalisé à quel point la chaleur humaine lui manquait… Et comme il appréciait la sienne.

Oui… En fait, il l’aim…

Il sentit la jeune fille rire doucement dans son torse et ses mains se lever jusqu’à son visage. Caressant d’abord ses joues avant de glisser sur son cou et soudain, le lui agripper avec une force qu’il n’aurait jamais imaginé.

Son corps se figea et il se rendit compte qu’il était paralysé et qu’il ne pouvait pas se défendre. La poigne sur son cou s’accentua et il commença à avoir du mal à respirer.

-Na…Ru… Pourquoi ?

-Pourquoi ? Fit une voix dont les accents n’avaient vraiment plus rien à voir avec la jeune fille qu’il connaissait.

Il croisa son visage et vu avec surprise le regard de la jeune fille virer au violet.

-Parce que tu es un idiot !

Ses jambes lâchèrent et il se retrouva à genoux, son visage rouge, à la fois de colère et parce qu’il manquait d’air. Il ne pouvait quasiment plus parler sans s’étouffer.

-Pauvre, pauvre Trowa ! Et cette pauvre Naru… Elle a pris peur quand elle a commencé à comprendre et elle a voulu s’en aller pour te protéger. Mais la vérité est qu’elle ne peut pas me résister, elle est beaucoup trop faible pour ça ! Et puis elle me devait bien ça : j’ai fait tout ce que je pouvais pour la garder en vie jusqu’ici.

Les yeux de Trowa s’agrandirent alors que lui aussi commençait à comprendre.

-Tu… es…

Naru releva la tête sans cesser de l’étrangler et éclata d’un rire extatique. Alors ses cheveux poussèrent, ses vêtements se métamorphosèrent en une tenue moulante près du corps, violette et verte et un diadème aux couleurs tourbillonnantes apparut sur son front. Autour d’eux, comme une onde dans l’eau, les magnifiques fleurs s’éteignaient, perdaient leurs pétales et se rétractaient alors que leur vie était aspirée.

-« Oh ! Zut ! Ce n’était pas une Mage Blanche ! » Se moqua t’elle devant le regard à la fois ulcéré et douloureux qu’il lui lança.

-Sor… Cière…

-Oui, je suis bien contente de te revoir mon petit Trowa. Je dois avouer que tu as bien grandi depuis cette fois… Cette fois où j’ai pris ton œil… Mais moi j’ai plutôt rajeunie ! Contrairement aux autres fois, je n’ai pas eu trop de mal à renaitre, tu vois ? Ton maudit peuple de couard qui n’hésite pas une seconde à tuer leur propre fille du moment où elle se révèle mage noir… Ils n’ont rien pût faire cette fois-ci… Et le corps de cette jeune fille est étonnant, c’est comme s’il avait été conçu exprès pour moi. Il est puissant et résistant !  

-Gr…argh…

-Bon, trêve de bavardage, les ingrédients que tes stupides parents m’ont donné n’ont mené à rien, mais maintenant je sais pourquoi. Tu l’as dit toi-même, il manquait l’ingrédient final ! Je veux savoir lequel… Ou je te tue.

-Cr..ève…

-Vraiment, tu n’es pas très galant… Peut-être devrais-je reprendre l’apparence de cette chère petite Naru, elle à l’air de beaucoup plus t’inspirer… N’est . ce . pas ?

Trowa ne pût rien dire. Déjà des tâches noires envahissaient sa vue et les sons semblaient comme venir de loin.

Au final, alors qu’il était au seuil de rejoindre Starry Dawn, il n’éprouvait plus qu’une horrible tristesse.

Naru…

 

A suivre…