Auteur: Mimiko

Série: Sur les terres du Père Noël XD

Genre: Tout et pas grand-chose à la fois.

Couple: Wufei+Arisa, Naru+Trowa

Disclaimer: Tous les personnages cité appartiennent aux G.girls ou s’appartienne eux même, faut voir.

Disclaimer 2 : Trowa, Duo et Wufei sont à Sunrise ; Spinel Sun est à CLAMP. La ville de Dight, les montagnes de Lama et New Parm sont au jeu Grandia.  

 

Tout semblait calme sur cette plage du royaume d’Aura, malgré les débris de bateau qui jalonnaient la route de Trowa. On lui avait reporté qu’un navire s’était échoué ici après la mystérieuse tempête d’hier et il s’était dit qu’avec un peu de chance, la sorcière qu’il pourchassait n’était pas étrangère à cet événement… Mais il ne sentait aucune onde maléfique.

Dés qu’il avait apprit qu’elle était en vie, il avait su qu’elle chercherait à se rendre à l’Endroit et il l’avait précédé en prenant place dans un vaisseau de l’Envers, puis à Traverse avait changé pour un aéronef.

Mais malgré ses souhaits, il avait perdu sa trace.

Alors qu’il jetait un dernier coup d’œil aux débris, cherchant ce qui aurait pût lui échapper, il aperçut une main dépasser de sous une voile.

-Un naufragé ?

Il courut vers la voile pour la soulever.

Dessous gisait une jeune fille qui semblait avoir été malmenée par les vagues : sa robe blanche brodée de papillons et de fleurs était déchirée, ses cheveux bruns et bouclés emmêlés et constellé de sable blanc, de fines coupures rouges marquaient la peau de son visage et ses jambes.

Trowa la reconnut immédiatement malgré son état. C’était l’une des filles de l’Autre monde, celle qui lui avait plut dés le début et avec qui il avait dansé une bonne partie de la nuit : Naru.

Mais que faisait-elle ici ? Et dans cet état ? Avec son souci du détail, Trowa remarqua que cette robe était celle du bal.

Le bal…. C’était après le bal qu’on avait retrouvé les victimes de la sorcière… Il n’avait pas revu Naru après ça… Etait t’il possible que pour une raison ou une autre, sa présence ici ait un rapport avec celle qu’il cherchait ?

Il fronça les sourcils en réfléchissant tout en la regardant respirer tout doucement, puis il prit sa décision.

Il ne pouvait que conjecturer tant qu’elle était endormie et il était évident que la jeune fille avait besoin de soins. Délicatement, il souleva la jeune fille dans ses bras et se dirigea vers la ville la plus proche.

***

La neige tombait doucement sur le paysage glacé tandis que le Poisson d’Argent cabotait comme il pouvait le long de la côte jusqu’au port plus au sud de Dight. Effectivement, plus au nord, il était impossible de voyager en bateau car la mer était jaugée de grosses plaques de glaces flottantes.

Petit à petit la neige fit place à quelques touffes d’herbes et à de curieuses plantes, énormes et plutôt du genre à résider dans un climat tropical. Ils arrivèrent finalement au village de Dight quand ils crurent que le bateau allait leur claquer entre les mains. La bataille contre la sorcière suivie de la tempête lui donnait des airs d’épaves et surprit énormément les habitants lorsque le Poisson d’Argent s’échoua sur leur plage au milieu des embarcations de pêches et des filets.

-C’est ce qu’on appelle faire une entrée remarquée… Déclara Kitsune en se penchant au dessus du bastingage. Oh ! C’est étrange !

-De quoi ? Demanda Arisa.

-Ne sommes nous pas au Pays de Delph ? Je croyais que tous les habitants du pays de Delph avaient le teint et les cheveux clairs… Ce n’est pas le cas… Et puis ils ont de drôles d’oreilles… Longues et… Poilues…   

-C’est parce ce que ce sont des habitants du sud, expliqua Wufei. Ce ne sont pas à proprement parlé des Delphiens, même si comme nous, ils sont de très bons guerriers… Nous ne sommes pas les seules à vivre sur ces terres même si nous sommes les plus nombreux. Nous les partageons avec quatre races différentes : Les Chasseurs de dragons dont font parti les Dightiens, les Ronsos du Mont Gagazet, les Shumis au nord bien que nous ne les voyons jamais au point qu’on en vient à croire que leur existence est une légende et… Les Vampires.

-Les chasseurs de Dragons ? Ca veut dire… Qu’il y a des dragons ici ? S’informa Kitsune d’un air inquiet.

-Oui, dans les montagnes qui séparent le Pays de Delph et celui d’Aura.

-Génial…

Les pirates déroulèrent une échelle de corde pour pouvoir descendre à terre. Ils descendirent un par un, heureux d’avoir à nouveau les pieds sur terre.

-Brr… Il n’y a pas de neige ici, mais il fait tout de même froid, déclara Umiko.

-Tu l’as dit… Approuva Arisa qui regardait le manteau de Kitsune d’un air envieux. Wufei à côté d’elle poussa un soupir affligé et s’éloigna en marmonnant.

Jack Sparrow, John Smith et le Capitaine Crochet étaient descendus à leur tour et discutaient avec ce qui semblait être l’ancêtre du village. Les hommes de ce village étaient grands, baraqués, leur peau foncée et rayés au niveau des joues. Leurs oreilles pointaient effectivement vers l’extérieur, telles celles d’elfes mais étaient couvertes d’un fin poil brun qui formait comme une touffe sur le lobe. Les femmes étaient à peu prés pareilles au détail qu’elles étaient fines, les traits plus fin et plus doux qui leur donnaient des airs de petites chattes. Contrairement aux Delphiens, ici la force semblait être l’attribut des seuls hommes. Et tous étaient chaudement habillés de la tête en bas et portaient une tiare ornée de cornes.

Mais après quelques semaines passées à Traverse qui présentait la plus grande diversité de population, rien ne pouvait étonner Arisa et Kitsune.

Les filles attendirent la fin de la discussion pour connaitre le verdict.

-On peut réparer le bateau ici et ils ont acceptés de nous aider, affirma John Smith, par contre ils ne peuvent pas encore nous dire combien de temps ça va prendre. Je vous conseille d’aller vous reposer à l’auberge en attendant. Je viendrais vous y rejoindre dés que j’en saurais plus.

-D’accord John.

Umiko se tourna vers le reste du groupe :

-Bon et bien allons-y.

Arisa pivota vers la plage pour héler Wufei :

-ON VA A L’AUBERGE !

Celui-ci lui fit un geste de la tête signifiant qu’il l’avait entendu.

-Il ne vient pas avec nous ? Fit Kitsune. Il n’a pas faim ?

-Faut croire que non, répondit simplement Arisa.

-Bon sang ce type est bizarre…

Elles traversèrent le village, admirant son architecture faite de pierres, de toits de pailles et de décorations faites probablement en ossement de dragons et en arrêtes et têtes de gigantesques poissons (était ce les eaux glacés qui leurs donnaient cette taille ?) pour arriver à l’entrée du village où se tenaient l’auberge et la boutique.

Umiko, celle qui aimait le plus dépenser, proposa une virée dans cette dernière pour refaire leur stock de potions et queues de phénix et voir ce qu’ils proposaient en arme. Elle échangea ainsi ses Shurikens contre d’autres plus puissants appelés « Tailleur de Vent » et Kitsune fit aussi l’acquisition d’un bâton de Mithryl.

 Elles achetèrent aussi de grandes capes à capuche grises doublée de fourrure qu’elles s’empressèrent d’attacher autour de leurs épaules pour lutter contre le froid (résistance 30% à la magie de glace). Après quoi elles entrèrent dans l’auberge où elles commandèrent un repas chaud. On leur servit une soupe de poisson autour d’une table de pierre.

-Je me demande où la sorcière a bien pût aller après qu’on l’ait perdu de vue, fit Kitsune.

-D’après John, il est impossible qu’elle ait échappé à la tempête qu’on a provoqué en coulant la Sirène. Et toujours d’après lui, il avait calculé que sa trajectoire la menait tout droit au Royaume d’Aura. C’est donc là bas que nous devons nous rendre.

-Ey Ey, John par ci, John par là, on dirait que tu as passé beaucoup de temps avec notre capitaine gueule d’amour… Remarqua Kitsune avec un rictus ironique.

L’adolescente rougit très légèrement en faisant un sourire d’excuse :

-Dommage il est trop vieux pour moi. Mais il a toujours énormément à raconter…

Elle s’arrêta de parler et poussa un petit soupir.

-Qu’y a-t-il ?

-Je me demande si Mimiko va bien… On n’a encore aucune nouvelle d’eux…

Arisa qui pour l’instant s’était contentée de manger posa son bol :

-T’en fait pas, elles sont avec Duo. Il est plutôt balèze…

-Malgré la scène que tu nous as faite, tu t’inquiète quand même pour ta grande sœur.

-Ce n’est pas ma grande sœur… Rectifia Umiko d’un air un peu absent.

-Ca, c’est ce que tu dis… Répliqua Kitsune d’un ton sans appel.

A ce moment là John Smith entra dans l’auberge accompagné de Jack Sparrow et Wufei. Elles se tournèrent vers eux, attendant des nouvelles de leur bateau.

-Pas de chance, ça va prendre au moins deux semaines pour le réparer, voire plus.

-Quoi ? Mais on ne peut pas attendre si longtemps ! Cette sorcière a Naru entre ses griffes ! Intervint Arisa.

-Oui on doit se rendre au Pays d’Aura le plus vite possible ! Approuva Umiko.

-Nous le savons, mais nous ne pouvons rien faire…

-S’il s’agit de se rendre au Pays d’Aura nous y serons plus vite à pied qu’en attendant que cette fichue barque soit en état de flotter à nouveau, déclara Wufei.

-A pied ? Tu veux passer par la montagne ?! Avec les dragons ? S’exclama Kitsune.

-Non, par le Col de Macalania, c’est le seul passage. On peut y être en une semaine en partant demain.

-Je vois… Nous n’avons pas d’autres alternative j’imagine… Marmonna Arisa qui n’appréciait pas trop l’idée de rentrer dans les terres.

Cela la faisait se rapprocher un peu trop de son village natal.    

-Dans ce cas, j’imagine que vous ne voyez aucun problème… A ce que je prenne soin du Poisson d’Argent en votre absence ? Lâcha Jack Sparrow l’air de pas y toucher.

*Quel profiteur…* Pensèrent de concert le reste de la salle.

***

Bruit de mouettes…

-Hmm…

Naru ouvrit lentement les yeux sur un plafond en bois. Surprise elle se leva sur son séant, le drap qui la recouvrait glissa sur sa robe déchiquetée. Elle était dans une petite pièce faite majoritairement de bois, avec une fenêtre donnant sur un ciel d’un bleu/azure parfait. Il y avait le lit où elle se tenait, une table et un tabouret.

-Hein ? Où suis-je ? Aah… Je ne me souviens de rien…

Elle mit pied à terre et se dirigea vers la fenêtre. En contrebas elle découvrit l’agitation d’une rue : des piétons vaquaient à leurs occupations en marchant sur une route de terre marquée par les roues d’un quelconque moyen de transport. Devant le bâtiment où elle se trouvait s’en tenait un autre semblant fait de terre cuite, jouxtant une petite tour de brique qui laissait échappé de la fumée, sur la façade était peint un motif d’épée et de bouclier. Dans la rue, un peu partout, poussant sur un sol qui n’avait jamais été dallé ou couvert de béton, des bosquets de hauts bambous, des arbres au tronc fins mais aux immenses feuilles d’un vert éclatant et des palmiers.

-Oh… Mais où suis-je ? Et comment suis-je arrivée ici ? On dirait que ce n’est pas l’Envers…

La porte à l’autre bout de la chambre s’ouvrit avec un grincement, elle se retourna aussitôt, inquiète de ce qui allait en sortir.

Le plus rageant c’est qu’elle n’avait plus son bâton de Mage Noir pour se défendre. Dieu seul savait où ce dernier se trouvait.

Mais elle se détendit en voyant entrer une personne qui lui était familière. Et pour cause, c’était son dernier souvenir le plus net.

-Mr Barton ! S’exclama-t-elle avec soulagement en faisant quelques pas dans sa direction.

Trowa Barton entra dans la pièce et referma la porte derrière lui. Il tenait dans ses mains un petit paquet de vêtement qu’il posa sur la table.

-Je vous ais trouvé des vêtements propres, annonça t’il.

Cette affirmation rappela à Naru dans quel état misérable elle se trouvait avec sa belle robe de bal en lambeaux et ses cheveux en bataille. Elle remarqua alors qu’elle portait des bandages à divers endroits. Quelqu’un semblait l’avoir soignée. Peut être était ce même Trowa.

-M… Merci, fit t’elle.

-Est-ce que vous vous sentez bien ?

-Bien ? Euh… Un peu déphasée… Je ne sais pas où je suis, ni comment je suis arrivée ici… Mes souvenirs sont très confus…

- Asseyez-vous, fit Trowa en la prenant légèrement par les bras pour la forcer à se poser sur le lit. Vous êtes à New Parm, c’est moi qui vous aie amené ici.

-New Parm ?

-Oui, à l’Endroit. Au pays d’Aura.

Trowa pris le tabouret et le plaça de façon à se trouver face à la jeune fille. Sans doute aurait t’elle préférée se refaire une beauté avant de s’attaquer à ce qui s’était passé mais cela ne vint pas à l’esprit du jeune homme qui la pris entre 4 yeux.

-J’ai besoin de connaitre vos derniers souvenirs, Naru.

-Je viens de vous le dire, tout est flou dans ma tête…

-Faites un effort, je vous en pris. Cela pourrait donner des réponses à vos propres questions.

-Bien… Je me souviens du bal… Des feux d’artifices… Tout cela semblait comme un conte de fée… Puis il s’est terminé et après…

Naru rougit en se rappelant ce qui s’était passé lorsqu’elle avait voulu dire au revoir à son cavalier de la soirée. Il l’avait un peu accompagné dans les couloirs du château puis alors qu’elle cherchait fort maladroitement ses mots, il lui avait posé un très léger baiser sur les lèvres et lui avait souhaité bonne nuit.

Avoir à nouveau cette personne, dont les yeux s’étaient légèrement éclairé en la voyant rougir, devant elle, lui donnait envie de disparaitre.

-Et après ça ? Demanda le jeune homme qui avait compris ce qui avait plongé Naru dans l’embarras.

-Je suis remontée dans ma chambre… Et c’est là où s’arrêtent mes derniers souvenirs cohérent. Dans l’obscurité… J’ai entendu un rire à vous glacer le sang et tout est devenu noir…

Trowa voyait fort bien quel genre de rire c’était. Il résonnait encore malgré toutes ces années dans sa tête.

-Ensuite… C’est comme si je m’étais endormi et que je n’arrivais pas à me réveiller. Je crois que de temps en temps j’y arrivais, et je voyais le ciel, j’entendais les mouettes, des grincements, mais cela durait quelques secondes… Et puis c’était à nouveau le néant…

-Vous étiez surement sous l’effet du sortilège « Snooze ».

-Snooze ?

-Oui, c’est une magie qui endort ce qui est touché par elle.

-Oh… Oui c’est possible…

-Vous n’avez pas d’autres souvenirs ?

-Hum… Si, après il y a la tempête… Un bateau qui coule… Des bourrasques de vents… Des vagues qui déferlent sur le pont… Ho… Et c’est tout…

-Vous avez échoué sur une plage proche d’ici avec le bateau. Vous avez énormément de chance d’être en vie… Termina Trowa d’un air pensif.

-Alors… D’après vous ? Que s’est t’il passé ?

-Je pense que vous avez été enlevé par la personne que je recherche. Mais je ne sais pas pourquoi…

-Qui est cette personne ? Peut être que je la connais ?

-J’en doute. Il s’agit d’une sorcière malfaisante.

-Une sorcière malfaisante ? Frissonna Naru.

-Oui…

Le jeune homme se leva et tourna la tête en direction de la porte.

-Bien. Je vais vous laisser vous habiller.

-Qu’allez vous faire maintenant ? Demanda Naru qui s’inquiétait elle-même de son sort. 

Elle ne savait pas où elle était vraiment, et ses amies n’étaient pas là pour l’aider…

-Continuer à chercher cette femme. Je crois savoir où elle va se rendre, répondit t’il d’une voix sombre sans la regarder.

Naru baissa la tête et se mit à réfléchir très rapidement sur les options qui s’offraient à elle. Puis finalement, elle prit sa décision.

-Cela vous dérangerez t’il si je venais avec vous ? Je me ferais toute petite.

Trowa, surprit, se retourna vers elle :

-Mon voyage n’a rien d’une ballade de santé. Cette femme est très dangereuse.

-Je m’en doute. Mais… Je veux savoir pourquoi elle m’a enlevé. Et je veux savoir… Ca ne me ressemble pas mais… A force de voir Mimiko y croire… Je veux savoir pourquoi je suis ici. S’il y a une raison, s’il y a quelque chose que je dois faire dans ce monde. S’il vous plait…

Trowa resta un instant silencieux, la regardant d’un regard profond.

-Je vois. Très bien.

-Ah oui et aussi… Malheureusement on dirait que j’ai perdu mon bâton alors je…

-Ne vous en faite pas pour ça, je n’ai pas besoin d’un Mage Blanc pour me guérir. Je suis une trousse de secours à moi tout seul. Je vous attends en bas.

Sans lui laisser le temps de répondre il quitta la pièce et referma la porte derrière lui.

-Eh ? Soigner ? Crois t’il que je suis une Mage Blanc ?

***

Dans la quiétude d’un autre matin, dans un autre monde, Asuka, Isaka et Duo prenaient un petit déjeuner tandis que Yuko entamait sa première bouteille de saké accompagné de crêpes au sirop d’érable.

La porte coulissante s’ouvrit sur Mimiko qui avait enfin eu le droit de quitter le lit. Sa venue fut accueillie avec joie, bien que cette ambiance heureuse et festive se brisât comme une vague sur un rocher lorsque l’ex cyborg impérial se montra derrière elle.

-Je suis prête à partir, annonça la petite fille. Heero aussi.

-Ah… Parce qu’il vient aussi ? Grimaça Duo. Ce n’est pas prudent, c’est un cyborg : il est à la solde de l’Empereur !

-Plus maintenant, répliqua Mimiko. A présent c’est mon cyborg et il est libre de faire ce qu’il a envie.

Duo retint un éclat de rire sarcastique et se mit à pouffer :

-Même s’il le pouvait, je ne pense pas qu’il en serait capable !

Heero semblait être du même avis car on le sentait mal à l’aise et se contentait de suivre la petite fille à la trace. Celle-ci foudroya du regard le jeune homme à la tresse.

-Je dis pas ça pour te vexer, au contraire c’est pour te protéger.

Cette fois ci c’est le cyborg qui le regarda d’un air assassin.

-Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour elle, JE la protège. C’est mon rôle Invoqueur.

Duo n’en avait visiblement pas finit avec cette histoire mais Asuka, bien qu’elle-même très réticente (difficile de faire confiance à un type qui ressemblait autant à son frère), posa une main sur son épaule.

-Laisse tomber. Ca vaut mieux.

Alors Duo se tu, mais il tourna la tête d’un geste vif pour l’empêcher de voir à quel point ça le touchait.

Si ça ne tenait qu’à lui, tous les cyborgs de l’univers seraient depuis longtemps des pièces de métal recyclés. Accueillir ce cyborg qu’il savait si dangereux au sein de leur équipe, lui l’ombre de Squall Leonheart, une machine sans raison, sans conscience, sans sentiments et voir Mimiko le regarder d’un regard rempli de tendre dévotion comme s’il était un être incroyable et supérieur, le rendait fou de colère.

Entretemps, Asuka détourna son attention sur Yuko, Mimiko et Isaka qui mettaient au point leur départ. Cela la concernait au plus haut niveau puisque c’était elle qui allait devoir téléporter tout ce petit monde.

-Au fait Mimiko, tu ne peux pas repartir dans ces loques, affirma Yuko en lui désignant sa robe blanche couverte de poussière. Pendant qu’on vous attendez, j’ai demandé à Heero de coudre une robe pour toi, si je ne me suis pas trompé, elle devrait t’aller.

-Hein ? Heero sait VRAIMENT coudre ? S’étonna Mimiko lorsque Yuko lui tendit une adorable robe noire à dentelles  et rubans roses.

-Je ne savais pas que ce serait pour… Commença Heero, un brin surpris.

-Et pour quoi donc cela aurait t’il pût être ? Fit Yuko en plantant une main sur sa hanche.

Heero resta silencieux, mais c’était un silence plein de sous entendu où finalement il se pencha sur la petite brune qui lui servait de maîtresse :

-Ais je le droit de lui répondre que depuis que je suis ici je n’ai jamais vu quelqu’un avec des passes temps aussi farfelus ? Et pourtant j’ai connu l’Empereur…

Mimiko se contenta de le regarder d’un air désespéré, parce qu’évidemment, la sorcières des dimensions avait tout entendu.

Mais celle-ci fit visiblement comme si ce n’était pas le cas, car elle s’empara des épaules de la fillette pour l’empresser d’aller revêtir sa robe.

Asuka se demanda brièvement ce que son… père… Avait avoir dans l’histoire. Mais tout bien réfléchi, elle préférait ne pas le savoir.  

Elle profita que Mimiko soit partie pour regarder de plus prés le cyborg :

-Pourquoi ressemblez-vous à mon frère ? Et pourquoi j’ai l’impression de vous avoir déjà vu…

-Nous nous sommes déjà rencontré Princesse Asuka. Sur un petit Aeronef de l’Endroit, répondit Heero après avoir hésité un moment.

-… Il y avait mon frère, mais je ne vous ais pas vu… Oh ! A moins que…

-Exact, j’ai été conçu pour être la doublure de votre frère. Lors de mes missions, je me faisais donc passer pour lui. 

Ca lui faisait drôle de savoir que le premier frère qu’elle avait rencontré n’était pas vraiment Squall et qu’elle avait dirigé un long moment sa colère sur ce cyborg.

- Excusez-moi de vous poser pleins de questions, mais si vous devez nous accompagner, j’aimerais savoir un minimum à qui j’ai affaire. Puis je donc savoir comment vous avez rencontré Mimiko ?

-… C’était à la fois un hasard et à la fois ça n’en était pas un. J’avais ordre de retrouver la Clef du monde des Dragons et de la remmener à notre base. Mais je ne m’étais pas encore lancé à sa poursuite. C’est elle qui est venu à moi.

-Comment ?

-Je l’ignore.

-Et après ça, qu’avez-vous fait ? Comment l’avez-vous attrapée ?

-… Il fallait que je m’assure que c’était vraiment elle, alors j’ai intégré son groupe à la fois pour les observer, mais aussi pour les mener à une embuscade.

-Et elles vous ont laissé les suivre ? Un inconnu ?

-Ca n’aurait pas marché si Mimiko n’avait pas eu entièrement confiance en moi dés le début. Shinobu avait des soupçons et Naru se méfiait de moi.

-Ah ça ne m’étonne pas de Naru, même dans ce monde elle garde les pieds sur terre… Mais de Mimiko… C’est plutôt étrange… En tout cas, rien de ce que vous me dites me donne envie d’avoir confiance en vous… Je sais qu’après ça, vous avez à moitié tué Shinobu… Capturé Mimiko et faillit la tuer !

Ces derniers mots rendirent le cyborg maussade et la jeune fille fut surprise de découvrir une expression autre que la neutralité sur ce visage.

-J’étais aux ordres de votre frère, maintenant je suis aux ordres de Mimiko. Si vous ne croyez pas en l’humain, croyez en la machine, je ne peux lutter contre les désirs de mon maître mais à partir du moment où celui-ci change, je n’obéis plus du tout à l’ancien. 

-Donc tu obéis totalement à Mimiko maintenant ?

-Oui.

-Si elle te demandait de te jeter par la fenêtre, tu le ferrais ?

-Oui.

Il n’y avait aucune hésitation dans la réponse. Aucune nuance. Et si Asuka avait pendant une fraction de seconde aperçut un peu d’humanité dans ce corps de fer, à présent elle se demandait si elle n’avait pas rêvée, car elle avait sous les yeux l’impersonnalité d’une machine.

***

Dés que le soleil s’était levé et avait enflammé le ciel de nuances ocre, Wufei, Arisa, Kitsune, Spinel Sun et Umiko avait fait leurs adieux aux capitaines et s’étaient enfoncés dans la vallée des dragons.

C’était un étrange lieu à la flore exubérante et inhabituellement développé. Certaines fleurs et plantes avaient la taille d’arbres. Peut être était ce dû à l’humidité constante des lieux.

En tout cas, humidité ou pas, les lieux étaient remplis de monstres. De grosses tortues flottantes au dos qui explosait et libérait des spores empoisonnés et des espèces de grandes roues vertes à tentacules qui faisaient des pointes de vitesses sur les rares surfaces. Bref, ce fut une nouvelle occasion pour les filles d’accumuler un peu d’expérience malgré le haut niveau des créatures.

Cependant la vallée ne semblait ne jamais en finir, après qu’Arisa eut monté au niveau 14 (et donc que toutes les autres eurent monté d’un point aussi), ils s’arrêtèrent pour passer la nuit.

-Aaaah j’ai faimmm ! Gémit Arisa tandis que Wufei allumait un feu malgré l’humidité ambiante.

-Guerrier Wufei, êtes vous sur que nous allons dans la bonne direction ? Demanda Spinel Sun qui était inquiet car pour économiser son énergie, il avait éteint sa fonction gps.

-Il suffit de suivre les montagnes jusqu’à ce qu’il se mette à neiger, répondit Wufei. Quand il n’y aura plus que de la neige, nous serons à Macalania.

Kitsune et Umiko qui montaient la tente jetèrent un regard sur la chaine de montagne qui les dominait.

-On appelle cet endroit « la vallée des dragons »… Mais je croyais que les dragons étaient dans les montagnes, fit Kitsune.

-La raison est simple, expliqua Spinel Sun, ça a un rapport avec la flore qui nous entoure. Il fait peut être froid à l’extérieur, mais sous nos pieds coulent des rivières souterraines d’eaux chaudes. Ces eaux même qui viennent de la montagne et qui sont chauffées par la présence des dragons dans les cavernes. Les abords du Pays de Delph en profitent ainsi que ceux du Pays d’Aura.

-Oh pitié ne me dites pas qu’il y a des sources d’eaux chaudes sous mes pieds… C’est trop frustrant… Gémit Umiko en se pelotonnant dans une couverture.

-On ne te le dira pas alors, répliqua Kitsune en mettant des brochettes à cuire.

-J’espère que Naru va bien… Lâcha Arisa. Ca fait 8 jours qu’elle a disparut maintenant… Si cette sorcière ose lever un doigt sur elle…

-Oui ? Toi et tes 14 niveaux allaient faire quoi ? Demanda sarcastiquement Wufei.

-Te taper dessus déjà ! Grogna la jeune fille en lui envoyant une taloche sur la tête.

-Ca ne sert à rien de nous précipiter sur elle. Il nous faut un plan d’attaque, expliqua l’eylien.

-Un plan… Un plan… T’en as de bonne toi…

-Les sorcières sont dangereuses au niveau de leur magie d’attaque. Si elles résistent bien à la magie, par contre elles sont faibles face aux attaques physiques.

-Bein c’est tout bon pour moi ! Conclut Arisa.

-Oui mais nous guerriers, nous sommes faibles face aux attaques magiques. Donc c’est tout bon pour elle aussi.

-Merde.

-Voila c’est prêt ! Annonça Kitsune en distribuant les brochettes

Arisa attrapa la sienne et y croqua dedans avec plaisir.

-Huuuum !

-Tiens Wufei !

-Euh… Non merci, répondit le brun.

-Mais c’est la seule chose qu’on a à manger !

-Je n’aime pas ça, c’est tout.

-C’est pas grave Kit, t’as qu’à me passer sa part ! Intervint Arisa.

-Mais… Alors que va-t-il manger ?

Kitsune aurait très bien put laisser passer mais elle insista en espérant que Wufei ou Arisa finissent par craquer. Elle tenait à découvrir ce qu’il y avait sous le mystère Wufei.

-C’est aimable de s’inquiéter pour moi mais je n’ai pas faim.

-Mouais… Pas faim après je ne sais combien de jours de disette… Maugréa Kitsune en jetant presque la brochette sur Arisa.

-Hé !

La discussion s’arrêta là et chacun mangea sa brochette en silence avant de disparaitre dans la tente pour les filles.

Les « garçons » restèrent dehors à la belle étoile, aussi silencieux l’un que l’autre.

***

Dans le ciel illuminé par un soleil de midi, un pentacle apparut dans le ciel, suivit d’un autre, et d’un troisième qui, tournoyant chacun dans leur sens, s’arrêtèrent et comme dans un système d’horlogerie, s’encastrèrent tels des rouages avec un bruit de mécanisme déverrouillé. De ce pentacle jaillit alors une nuée d’étoiles filantes brillantes qui vint s’écraser sur une saillie rocheuse.

Un instant c’était des fragments de lumières, l’autre, un groupe de cinq personnes, dont quatre qui se plaignirent immédiatement de l’atterrissage.

La dernière était une jeune fille aux longs cheveux châtains clairs qui se trouvait au centre, profondément endormie.

-Oh mon dieu ! Jusqu’ici c’était moi qui faisait les voyages et j’avais aucune idée à quel point les atterrissages étaient douloureux ! Gémit Mimiko qui avait atterrit sur les fesses.

-Moi aussi, approuva Isaka, d’habitude on pique un petit somme réparateur, mais là, que dalle. A part Asuka évidemment…

Elle tourna la tête pour voir que Duo était déjà au chevet de l’invoqueur et vérifiait que tout allait bien pour elle.

-Où a-t-on atterrit ? Demanda Mimiko alors qu’Heero l’aidait à se relever.

Où qu’elle regardait elle ne voyait que des sommets de montagnes, certains dont la cime était recouverte de neige éternelle. L’air était frais, la végétation peu présente, globalement basse, faites de tapis d’herbes et de petits buissons épineux. Le ciel portait ses habituelles (habituelles pour le Monde des Dragons) couleurs bleus, rose et violettes, sauf qu’elles semblaient plus pâle.

-A première vue je dirais qu’on se trouve au nord, annonça Duo. Et comme ça ne ressemble ni à la chaine des montagnes du Dragons, ni à celle de Gagazet, je suppose qu’on se trouve sur l’Envers… Même si je ne suis jamais monté si haut…

-Plus précisément, nous sommes dans les Montagnes de Lama qui sont quasiment la frontière septentrionale de l’Envers. Plus au Nord, il n’y a rien si ce n’est de la neige, annonça Heero après avoir consulté son gps incorporé.

-Gnagnagna… Quel crâneur, marmonna Duo pour lui-même.

-Nous devrions rester ici en attendant qu’Asuka se réveille, déclara Isaka. Il y a un joli tapis de fleurs blanches plus à droite, on devrait installer notre campement ici. Parce que je sais pas vous, mais moi j’ai frisquet d’un coup !

-Bonne idée Isa, j’ai plutôt froid moi aussi, approuva Mimiko.

-Et j’en profiterais pour envoyer Aile d’Acier avec une lettre à Gabin. J’espère qu’il aura de bonnes nouvelles à nous annoncer…        

***

-----------Interface de combat-----------------------------------------------------------------------------

Ogre Vert (450PV) : Attaque (boule de cuir)

 Arisa perd 50 PV

Arisa (550 PV) : Attaque (épée)

Ogre Vert perd 180 PV

Kitsune (285 PV) : Magie (Carapace) (-10 MP)

Umiko est sous l’effet de Carapace

Umiko (450 PV) : Technique : Jet de Feu (-20 MP)

Ogre Vert perd 400 PV

Ogre Vert est KO

 

Arisa gagne 800 point d’expériences
Arisa monte au niveau 15 !

Kitsune gagne 800 points d’expériences.

Umiko gagne 800 points d’expériences.

Wufei gagne 800 points d’expériences.

Gain de Gils : 200

Gain d’objet : 0

--------------Fin de l’interface de combat----------------------------------------------------------

-Allez ! Un niveau de plus ! Annonça Arisa alors que l’Ogre s’évaporait en petites lumières.

-Et des ennemis de plus en plus durs, pondéra Kitsune. Je ne sais pas ce qu’on ferait si Wufei n’était pas là !

-Baah on se débrouillerait !

-Heureux de voir qu’il y ait au moins quelqu’un qui se rende compte de ma valeur, grogna Wufei qui ouvrait la marche.

-D’ailleurs, tiens, on pourrait pas faire une pause ?! J’en ai marre de marcher ! Surtout dans cette jungle qui fait tout pour nous compliquer la vie !

Par là, elle faisait écho à la fois où une plante lui avait donné des baffes en tournoyant soudainement sur elle-même, à celle où une fleur avait manqué de la dévorer et à celle où plusieurs brins d’herbe géant avaient cherché à les écraser. C’était leur deuxième jour et ils ne voyaient pas encore la fin de cet enfer multicolore.

Kitsune commençait elle aussi à peiner et surtout à devenir folle, quand à Umiko, elle se sentait encore capable de marcher plusieurs heures et son seul chagrin, qu’elle avait laissé tombé au bout de deux heures, c’était ses cheveux horriblement raplapla a cause de l’hydrométrie.

Wufei et Spinel Sun, comme d’habitude, ne semblait pas ressentir les effets de la fatigue.

-On y arrivera jamais si on s’arrête toutes les heures ! Répliqua Wufei sans ralentir.

Deux soupirs désespérés lui répondirent.

-J’aurais dû rester à Dight avec les autres, râla Arisa.   

Mais rien ne pût arrêter Wufei jusqu’à ce que la nuit tombe. Et ce fut un nouveau camping au milieu de nulle part. Puis le lendemain matin, rebelotte, jungle, monstres, fleurs qui mordent, herbe qui écrase, plantes qui baffent, sauf que comme il semblait y avoir un peu de justice dans ce monde, songea Arisa, ce fut Umiko qui se prit tout cette fois-ci.

Cette dernière n’arrêta pas de jurer pendant toute la journée qu’elle était maudite.

C’est alors qu’ils disputaient à une grosse tulipe rose le corps d’Umiko dont seule la moitié (ses jambes se débattant que tiraient Arisa et Wufei) était visible, que Spinel Sun reçut son premier message de Gabin.

-Oh ! Un nouveau message !

Agacée la fleur recracha à ce moment sa proie réticente qui roule boula avec ceux qui l’avaient aidé sur plusieurs mètres avant de se cogner contre un rocher.

-RAAAAAAHHHH Y’EN A MAAARRRREEEE !!!! Hurla Umiko, rouge de colère, dégainant son gros shuriken qui se mit à bruler d’une flamme vive sous l’effet de la technique « jet de feu », Je m’en vais te la bruler… !

-Aaaah non Umi, calme toi ! Fit Arisa en la prenant à bras le corps. Tu vas causer un incendie !

-Vous vous en fichez peut être mais j’ai un nouveau message de la part de l’autre équipe !

Umiko cessa aussitôt de se débattre et tout le monde fut tout ouï pour le cyborg.

Ce dernier se racla la gorge avant de lire son message :

-Bonjour Equipe 2 ! Je vous envoie de bonnes nouvelles de l’équipe 1 qui a réussi sa mission. Ils ont récupéré le corps de Mimiko et ont ramené le cyborg Heero. Pour l’instant ils sont arrêtés le temps qu’Asuka récupère et se réveille. Ils sont quelque part dans les montagnes de l’Envers. Je leur renvoie aussitôt Aile d’Acier pour leur donner de vos nouvelles. N’hésitez pas à m’envoyer régulièrement vos nouvelles coordonnées pour que je puisse les leur transmettre.

Avec tout mon soutien, Gabin. Ps : Kitsune, ne te surmène pas trop.

Les regards à la fin du mail se tournèrent vers la rousse qui arborait une magnifique teinte coquelicot et un air atrocement gêné.

-Il perd pas le nord ce Gabin, conclut Arisa. En tout cas c’est chouette d’avoir de leur nouvelle ! Ca veut dire qu’ils vont bientôt nous rejoindre !

-Tu dois être contente, non ? Lança Kitsune à Umiko.

Celle-ci ne répondit rien, faisant mine de n’avoir rien entendu et jouant du bout d’une de ses bottes avec un caillou.

Comme on avait récupéré cette dernière et qu’il n’y avait rien d’autre à dire, ils continuèrent leur route dans cette vallée de plus en plus hostile.

Heureusement effectivement que Wufei était là, mais les jeunes filles finirent par constater des changements sur ce dernier qui, plus les jours passaient, devenait irascible et désagréable.

Déjà qu’à l’origine il n’avait pas semblé être un premier prix de gentillesse…

Kitsune continuait d’engranger intérieurement les informations au sujet de Wufei. Il ne mangeait toujours pas, il ne semblait pas dormir, il avait une force hors du commun et ses yeux avaient une couleur inhabituelle (mais vu qu’ils se trouvaient dans un monde étrange, il était difficile d’en arriver à une conclusion). Et lorsque Arisa n’y faisait pas attention, il lui lançait des regards très étranges, profonds et… Kitsune avait peur de ce qu’elle y voyait. Ce n’était pas le genre de regard existant entre frères et sœurs, c’était bien plus que ça.

La rousse ne pouvait cependant pas se confier à son amie, ils n’avaient pas beaucoup d’intimité dans leur camping. Le troisième jour passa donc sans qu’elle pût faire part de ses observations à Arisa.

Lorsqu’elle quitta sa tente le lendemain, elle remarqua aussitôt que la température avait baissé : chacun de ses souffles provoquaient de petits nuages de vapeur blanche. Et la vallée du dragon, au fur et à mesure de leur marche se métamorphosaient en un paysage immobile et glacé. Les fleurs étaient inanimées, les plantes couvertes de verglas et quelques flocons épars se mirent à tomber d’un ciel gris/bleu.

-Nous approchons de la route de Macalania, marmonna Wufei.

Effectivement, plus ils avançaient, plus la neige recouvrait le paysage. Arisa avait enfin l’impression d’être chez elle… Enfin, façon de parler.

-Macalania est recouvert de neige ? Demanda Umiko en serrant contre elle sa cape de fourrure.

-Pas entièrement d’après mes données, rectifia Spinel Sun, la forêt de Macalania est un endroit dépourvu de neige et… D’après les dires de certains, c’est un paysage tout simplement magique. 

-Magique… J’aime bien ce mot, fit Umiko, je ne l’entendais pas assez dans l’Autre Monde.

Ils continuèrent à marcher et à détruire les monstres qui se présentaient à eux (Umiko, Spinel Sun et Kitsune prirent un niveau de plus) jusqu’à finalement déboucher dans l’après midi sur une vaste plaine enneigée.

A leur droite se trouvait toujours les montagnes mais elles semblaient plus proche, plus déchiquetées, grise comme le ciel et couverte de plaques de gel. Il en ressortait une impression de dignité calme et paisible.

-Faites attention, lâcha Wufei, a partir de maintenant, il va falloir me suivre à la trace… Cette neige cache des lacs et des rivières glacées qui n’attendent que vous pour se fissurer…

-Fantastique… Soupira Kitsune en se rapprochant d’Arisa et d’Umiko.

Par chance il s’arrêta de neiger. C’était ça en moins car avancer devenait de plus en plus fatiguant, leurs bottes s’enfonçant de plusieurs centimètres dans le sol à chaque pas.

Alors que la nuit tombait et qu’Arisa en avait plein le dos et s’apprêtaient à secouer Wufei comme un cocotier jusqu’à ce qu’il accepte de les laisser camper dans la neige alors qu’il cherchait un lieu au sec, ils entendirent un hurlement.

Pas le genre hurlement de peur. Du genre hurlement de loup.

Bien que l’un comme l’autre pouvait se révéler désagréable pour la suite.

Le guerrier de Delph se figea en position d’affût.

Les jeunes filles firent instinctivement de même tandis que Spinel Sun dégainait ses révolvers.

-Qu’est ce que c’était ? Finit par demander Umiko.

La réponse tomba du ciel sous la forme d’une immense bête de la taille d’un cheval. Le poil brillant d’une lueur argenté, ébouriffé tel une crinière au niveau de son cou : ce monstre semblait un mélange entre un lion et un loup. Il grogna, son poil ébouriffé le rendant plus imposant encore, ses babines se soulevèrent pour découvrir des dents blanches et tranchantes comme des petites dagues. Et ce qui était le plus étonnant c’était les trois yeux qui les fixaient, deux à une place relativement normale, l’autre au milieu et de forme verticale.

-Un loup Trilobé ! S’exclama Wufei avec une expression à la fois de contrariété et de respect.

-Et c’est bien ou c’est pas bien ? Demanda Kitsune.

-A ton avis ?! répliqua le guerrier.

Arisa était la seule qui ne participais pas à l’affolement général, incapable de quitter l’œil central de la bête, elle se sentait comme oublieuse du reste, un peu somnolente. Voyant cela Kitsune la secoua :

-Arisa ! Arisa !

Rien à faire, la blonde semblait complètement ailleurs.

Et alors le combat commença sans elle.

-----------Interface de combat-----------------------------------------------------------------------------

Loup Trilobé apparait !

Loup Trilobé (8000PV) : Attaque (griffe)

 Wufei perd 190 PV

Wufei (1387 PV) : Attaque (cimeterre)

Loup Trilobé perd 300 PV

Kitsune (340 PV) : Magie (Carapace) (-20 MP)

Kitsune est sous l’effet de Carapace

Umiko (535 PV) : Technique : Jet de Feu (-20 MP)

Loup Trilobé perd 500 PV

Spinel Sun (525 PV) : Objet (bombe)

Loup Trilobé perd 450 PV

Loup Trilobé (6750PV) : Technique : Rugissement

 Wufei ne peut plus utiliser de MP

Echoue sur Kitsune

Umiko ne peut plus utiliser de MP

Spinel Sun ne put plus utiliser de MP

Wufei (1387 PV) : Attaque (cimeterre)

Loup Trilobé perd 300 PV

Kitsune (340 PV) : Magie : Carapace (-20 MP)

Umiko est sous l’effet de Carapace

Umiko (535 PV) : Attaque (Shuriken)

Loup Trilobé perd 180 PV

Umiko : Zuuut, ça lui fait que dalle…

Spinel Sun (525 PV) : Objet (bombe)

Loup Trilobé perd 450 PV

Loup Trilobé (5820PV) : Magie : Crakkle (Glace)

Kitsune perd 200 PV

Kitsune : …Heureusement que j’ai des résistance en magie…

Wufei (1387 PV) : Attaque (cimeterre)

Loup Trilobé perd 300 PV

Kitsune (140 PV) : Magie : Soin

Kitsune récupère 200 PV!

Umiko (535 PV) : Attaque : (Shuriken)

Loup Trilobé perd 180 PV

Spinel Sun (525 PV) : Attaque (pistolet)

Loup Trilobé perd 200 PV

Loup Trilobé (5140PV) : Magie : Crakkle + (Glace)

Wufei perd 550 PV

Kitsune perd 200 PV

Umiko perd 400 PV

Spinel Sun perd 450 PV

Wufei (837 PV) : Attaque (cimeterre)

Loup Trilobé perd 300 PV

Kitsune (140 PV) : Magie (Soin) (-10 MP)

Spinel Sun récupère 200 PV

Umiko (135 PV) : Objet : Potion

Umiko récupère 200 PV

Spinel Sun (275 PV) : Attaque (révolver)

Loup Trilobé perd 200 PV

Loup Trilobé (4460PV) : Magie : Crakkle (Glace)

 Wufei perd 400 PV

Wufei (537 PV) : Attaque (cimeterre)

Loup Trilobé perd 300 PV

Kitsune (140 PV) : Magie : Soin (-10 MP)

Kitsune récupère 200 PV

Umiko (335 PV) : Objet : Potion

Spinel Sun récupère 200 PV

Spinel Sun (475 PV) : Objet (bombe)

Loup Trilobé perd 450 PV

Loup Trilobé (3710PV) : Magie : Crakkle + (Glace)

Wufei perd 500 PV

Kitsune perd 150 PV

Umiko perd 350 PV

Umiko est KO

Spinel Sun perd 400 PV

Kitsune gagne 0 points d’expériences.

Umiko gagne 0 points d’expériences.

Spinel Sun gagne 0 points d’expériences.

Gain de Gils : 0

Gain d’objet : 0

--------------Fin de l’interface de combat----------------------------------------------------------

-Hein ? Pourquoi l’écran de combat a disparut ? Demanda Kitsune en se précipitant auprès du corps inanimé de Umiko.

-Ce n’est pas encore terminé ! Wufei semble… Fit Spinel Sun en se mettant en garde.

Wufei qui s’était effondré comme les autres au dernier coup ne s’était pas encore relevé. Un son rauque semblait sortir de là où il se trouvait, à genoux, le visage caché sous ses longs cheveux noirs qui s’étaient détachés. L’air autour de lui se mit à grésiller.

-On dirait… Continua Spinel Sun, …Une limit break…

Le loup Trilobé s’apprétait à fonçer sur le jeune Eylien, mais celui-ci se releva à ce moment, avec souplesse, des flocons dégringolant à terre et relevant la tête, il se posta comme un animal et se mit à rugir.

Le cri strident qui sortit de sa bouche n’avait rien d’humain.

Pas plus que les deux canines tranchantes, ses mains qui s’étaient dotés de griffes et ses muscles qui semblait avoir gagné en volume. Et les yeux… Complètement rouges.

Au moins, ce son insupportable réussit à faire sortir de sa transe Arisa qui s’écroula dans la neige à la vue du jeune homme.

-Oh non…

Celui ci fonça sur le loup Trilobé, avec une vitesse tellement phénoménale qu’il disparut de la vue de Kitsune et réapparut face à la bête, détournant son coup en empoignant à bras le corps son museau pour la soulever et la jeter sur le côté comme s’il ne s’agissait que d’un mobilier. Le Loup se rattrapa et glissa dans la neige avant de vouloir repartir à l’attaque.

Wufei l’intercepta à nouveau et cette fois-ci, contra ses pattes pour se jeter sur la créature la tête la première. La rousse ne comprit pas immédiatement ce qu’il avait l’intention de faire, puis retint son souffle lorsque Wufei mordit l’animal au niveau de la gorge où sa crinière était moins épaisse.

Le Loup Trilobé poussa un rugissement de douleur, cherchant à échapper à la créature qui s’était accrochée à son cou comme une teigne et qui ponctionnait son sang en grandes gorgées.

-WUFEI NON ! LACHE LEEEE !!!! Hurla Arisa en courant comme elle le pouvait vers lui, manquant de trébucher dans la neige à chaque pas.

Sa voix sembla faire réagir Wufei qui d’un saut en arrière, s’éloigna du Loup qui s’ébrouant brutalement, déguerpit sans demander son reste.

Le jeune homme resta debout, tremblant, le souffle haletant, la bouche barbouillée de trainée rouge.

Kitsune, laissant Umiko aux soins de Spinel Sun, courut rejoindre Arisa.

-Qu’est ce qui se passe ? Qu’est ce qui vient d’arriver à ton frère ? On dirait qu’il s’est shooté aux dopants ou un truc de ce genre ! Et puis ses dents… Ce qu’il vient de faire… ON DIRAIT UN VAMPIRE !!!!

Aux derniers mots hystériques de Kitsune, les genoux de Wufei flanchèrent et il tomba à genoux dans la neige, gémissant et transpirant.

-Wufei ! Gémit à son tour Arisa en comblant urgemment la distance qu’il y avait entre eux.

Le jeune homme se mit alors à vomir. Il se mit à recracher tout le sang qu’il venait d’avaler en plusieurs fois.

-Beeeuuuh… Grimaça Kitsune en plaquant sa main sur sa bouche, dégoutée par tout ce sang qui jaillissait des entrailles du garçon.

 Il semblait sur le point de leur claquer entre les doigts. Et Arisa lui maintenant les cheveux en arrière, restait prés de lui, posait sa main froide sur son front fiévreux.

-Mais qu’est ce qui t’a prit de boire le sang du Loup Trilobé ! Tu sais très bien que tu ne peux pas ! Et c’est une bête sacrée ! Fit Arisa d’un ton plus inquiet qu’en colère.

Les vomissements semblèrent se calmer peu à peu, mais Wufei restait dans un sale état. Tout pâle, ses yeux redevenus normaux étaient vitreux, il transpirait comme s’il se trouvait sur le soleil plutôt qu’au milieu d’une plaque de neige.

-Qu’est ce qui se passe Arisa ? Pourquoi il s’est mis à vomir ce sang ? Demanda Kitsune tout en restant à distance du couple, l’air horrifiée.

-C’est le sortilège de l’Appel du Sang, répondit doucement la blonde sans quitter son frère adoptif des yeux.

-L’Appel du Sang ?

-Les terres de notre village natal se trouvent à la frontière du territoire des Vampires. Il arrive donc que certains d’entre nous se fassent mordre. Et si on a la chance de récupérer son corps aux vampires… Les lois de notre village stipulent qu’il faut soit le tuer sur le champ, soit le soumettre à l’Appel du Sang… Lors du sortilège, le chaman lie le nouveau vampire à un humain. Le vampire ne peut alors pas boire d’autres sangs que celui de cette personne. Si par malheur il désobéie, le sang bu lui fera l’effet d’un poison qu’il sera obligé de recraché et qui le tuera à petit feu…

-Alors… Wufei…

-Oui…

Arisa ferma les yeux un moment, semblant prise dans un débat intérieur, puis une ride de détermination apparut entre ses deux sourcils et elle repoussa un pan de sa cape pour présenter son poignet au jeune homme.

-Wufei… S’il te plait… Ouvre les yeux… Je veux bien que tu boives un peu de mon sang… Ca va te faire aller mieux…

Wufei jeta un regard sur le poignet blanc et ses iris se posèrent immanquablement sur les veines bleues qui apparaissaient. On pouvait se demander comment après avoir craché autant de sang, la vue d’une veine pouvait l’attirer autant… Mais c’était pourtant le cas. Il y avait dans ses yeux de l’envie et du désir à l’état pur.

Mais semblant se souvenir de quelque chose il tourna la tête vers Arisa, comme pour s’assurer qu’il avait vraiment le droit.

-Vas-y… Sinon tu vas mourir…

Il se jeta alors sur le poignet, le prenant entre ses deux mains il le porta à sa bouche et ses crocs s’enfoncèrent légèrement dans la peau, traçant un chemin jusqu’au liquide qui lui permettait de vivre.

Arisa serra les dents et chercha intuitivement à reprendre son poignet : ça faisait mal. C’était horrible, la douleur était intense, lancinante, et elle avait du mal à se rappeler qu’elle devait la supporter pour Wufei.

Etonnement, il s’arracha lui-même du poignet, le repoussant avec dégout, repartant dans une crise de spasmes et de vomissements sanglants.

-Mais ? Pourquoi ? Tu devrais pouvoir boire mon sang pourtant !!!  

-Ca… Essaya de parler Wufei entre deux nausées, …Pas… Pas ton sang ! Pas… Pas le même gout…

Et il se remit à vomir.

La neige autour d’eux était à présent complètement écarlate.

-Je comprends pas… Wufei… Qu’est ce que je peux faire ?

Arisa se tourna, désespérée, vers Kitsune, qui regardait ce spectacle en tremblant.

-Je sais pas moi ! J’y connais rien en vampire ! Et on peut pas rester ici ! Avec ce sang on va attirer tous les monstres du coin !

-Mais il va mourir si on ne fait rien !

Dans l’agitation et l’hystérie des deux jeunes filles retentit une voix calme et posée :

-Le Chaman qui t’a lié au vampire sait peut être quoi faire, non ?

C’était Spinel Sun qui assit dans la neige, complètement ignorant du froid, maintenait toujours Umiko inconsciente dans ses bras.

-Quatre ! Mais oui ! Il pourra peut être faire quelque chose !

-Quatre ? Demanda Kitsune.

-Oui c’est mon grand frère. Un vrai, celui là… C’est le chaman de mon village.

A ce moment, Wufei tomba face contre neige juste devant Arisa qui s’empressa de le rattraper pour l’allonger contre elle : il s’était évanouie, sûrement à cause de la fièvre.

-Ton village est loin ? La questionna Spinel Sun.

-Oui… Plutôt… Mais je crois me souvenir qu’il existe un comptoir au milieu de cette route… On pourra y louer des traineaux à loups, le voyage durerait deux ou trois jours…

-Mais cela nous fait perdre la trace de Naru ! S’exclama Kitsune. Et pourquoi tu dis rien Suppy ! Et qu’est ce que t’attends pour donner une queue de phénix à Umiko ?! Tu attends qu’elle se transforme en monstre !

-Si elle se réveille maintenant, vous la paniquerez pour rien. J’attends juste que vous preniez une décision. Allons nous au village d’Arisa ou abandonnons nous le vampire ?

Kitsune serra les dents, agacée, elle connaissait son avis sur la question : Wufei était dangereux, et ceux dans tous les sens du terme. Mais un regard sur son amie, d’habitude impassible, l’empêchait de donner son verdict et de prendre la situation en main.

Réticente, elle s’approcha de la blonde :

-Ce type, tu l’aimes ?

Arisa lui lança un regard perdu. Déchirée, elle baissa la tête sur le visage blême et crispé de Wufei, faisant glisser de ses doigts une mèche noire qui entravait son front.

-… C’est… C’est mon frère… Plus que Quatre… Plus que personne ne le sera jamais… Je ne peux pas l’abandonner…

A sa voix entrecoupée, Kitsune devina que la guerrière était au bord des sanglots et qu’elle se retenait tant bien que mal. 

La rousse leva les yeux sur le ciel a présent couvert de nuage gris et soupira en passant une main dans ses cheveux.

-OK, je suppose qu’on ne peut rien y faire. Allons à ce village.

 

A suivre…